CIFOR-ICRAF s’attaque aux défis et aux opportunités locales tout en apportant des solutions aux problèmes mondiaux concernant les forêts, les paysages, les populations et la planète.

Nous fournissons des preuves et des solutions concrètes pour transformer l’utilisation des terres et la production alimentaire : conserver et restaurer les écosystèmes, répondre aux crises mondiales du climat, de la malnutrition, de la biodiversité et de la désertification. En bref, nous améliorons la vie des populations.

CIFOR-ICRAF publie chaque année plus de 750 publications sur l’agroforesterie, les forêts et le changement climatique, la restauration des paysages, les droits, la politique forestière et bien d’autres sujets encore, et ce dans plusieurs langues. .

CIFOR-ICRAF s’attaque aux défis et aux opportunités locales tout en apportant des solutions aux problèmes mondiaux concernant les forêts, les paysages, les populations et la planète.

Nous fournissons des preuves et des solutions concrètes pour transformer l’utilisation des terres et la production alimentaire : conserver et restaurer les écosystèmes, répondre aux crises mondiales du climat, de la malnutrition, de la biodiversité et de la désertification. En bref, nous améliorons la vie des populations.

CIFOR–ICRAF publishes over 750 publications every year on agroforestry, forests and climate change, landscape restoration, rights, forest policy and much more – in multiple languages.

CIFOR–ICRAF addresses local challenges and opportunities while providing solutions to global problems for forests, landscapes, people and the planet.

We deliver actionable evidence and solutions to transform how land is used and how food is produced: conserving and restoring ecosystems, responding to the global climate, malnutrition, biodiversity and desertification crises. In short, improving people’s lives.

Bioénergie

Bioénergie

Ces terres ont le potentiel de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de protéger les écosystèmes et de garantir les moyens de subsistance des communautés rurales - si elles sont développé de manière durable.

La bioénergie provenant de plantes dont les graines sont oléagineuses ou de bois pouvant être converti en énergie de biomasse a le potentiel de produire une énergie propre, de garantir les moyens de subsistance des populations rurales et de restaurer les terres dégradées, aidant ainsi les pays à atteindre leurs objectifs en matière de changement climatique et de développement durable. La bioénergie peut également renforcer l’incitation économique du secteur privé et des groupes communautaires à entreprendre des efforts de restauration. Elle doit être gérée avec soin à l’échelle du paysage pour éviter de déplacer les cultures vivrières ou de favoriser le défrichement.

Le travail du CIFOR Allemagne gGmbH et du CIFOR-ICRAF sur les biocarburants comprend la production de bois de chauffe et de charbon de bois en Afrique, ainsi que l’utilisation d’espèces bioénergétiques pour restaurer les paysages dégradés (y compris les tourbières) en Asie du Sud-Est. Nous travaillons également à l’introduction de cultures bioénergétiques à courte rotation dans les Balkans occidentaux, associées à des zones arborées permanentes protégeant l’environnement et à des frontières agroforestières productives, afin d’aider les pays de la région à créer des emplois, à assurer une transition juste et propre par rapport au charbon, à réduire la pollution atmosphérique et à améliorer la santé humaine. Nous considérons la bioénergie comme faisant partie d’une approche globale qui prend en compte la pauvreté énergétique, la santé, le changement climatique et la sécurité alimentaire et nutritionnelle par le biais de divers systèmes de production impliquant des paysages forestiers. Nous étudions également les dynamiques et les résultats sociaux et de genre le long des chaînes de valeur du bois de chauffe, de la production à la consommation.

Contactez-nous

Himlal Baral

Scientifique principal

Dietmar Stoian

Scientifique principal, Chaînes de valeur, engagement et investissements du secteur privé

Mary Njenga

Research Scientist

Christopher Martius

Team Leader for Climate Change, Energy and Low-Carbon Development (CCE)

Bioénergie : Quelques chiffres

Environ 3,5 millions d’hectares de terres dégradées en Indonésie ont le potentiel de permettre de cultiver des espèces destinées à la production de biocarburants.

 

Dernières mises à jour

Publications

Vidéos

Présentations

Podcasts

Actualités

Autres sujets susceptibles de vous intéresser